Escapade viticole à Pujols avec Thomas Lemasle

Des vignes à perte de vue sous un soleil d’hiver. C’est au Château Moulin de Peyronin, aux abords d’une route peu fréquentée, que Véronique et Franck se sont installés il y a près de 15 ans. Le domaine viticole situé à Pujols surplombe la vallée de la Dordogne et produit des vins en agriculture biologique depuis 1975. Immersion le temps d’une journée, avec le couple de vignerons et Thomas, le fondateur d’Oé.

Quand on arrive au Château Moulin de Peyronin, on a le sentiment d’être seul au monde. Le vignoble niché à 80 mètres d’altitude côtoie la vallée de la Dordogne dont les vins ont fait la richesse. C’est sur ce terroir argilo-calcaire, caractérisé par une terre légèrement grasse, que Claude Jougla, un poudrier renommé, s’installe en 1966. Précurseur et visionnaire, il se lance dans l’agriculture biologique, un mode de culture respectueux de l’environnement.

En 2006, Véronique et Franck, tous deux issus du Lycée agricole de Libourne, rachètent la propriété et s’engagent dans l’aventure de leur vie. Une installation qui ne se fait pas sans difficultés: « Mon père était kinésithérapeute et ma mère dans le commerce, je n’avais aucun lien avec le milieu agricole » raconte Franck. Parmi les obstacles à surmonter, l’acceptation du voisinage ou encore les problématiques financières. Mais à force d’abnégation et avec le soutien de la famille, le couple de vignerons parvient à mettre en œuvre leur vision de la viticulture.

La propriété s’étend désormais sur 20 hectares où l’on retrouve les cépages nobles du bordelais :

  • Merlot, malbec, cabernet sauvignon pour les rouges
  • Sémillon et sauvignon pour les blancs

En 2019, Comme un hommage à la vision de Claude Jougla, Véronique et Franck décident de convertir le domaine en agriculture biodynamique : « c’était la suite logique de ce que l’on faisait déjà en bio » explique Franck.

Au quotidien, le couple de vigneron met en place des pratiques innovantes et en adéquation avec leur mode de production afin de permettre à la vigne de se développer de manière harmonieuse et saine. En automne et en hiver, des moutons pâturent paisiblement dans les vignes.

Véronique et Franck ont également planté des haies champêtres pour favoriser les populations de la faune auxiliaire et créer une barrière naturelle contre les produits chimiques des parcelles voisines. L’agroforesterie est aussi une pratique développée sur le domaine « nous réfléchissons à arracher des rangs de vignes pour planter d’autres arbres » détaille Franck.

Cause commune tu m’intéresses

Lorsque j’ai proposé à Thomas de réaliser un épisode dans un vignoble, il m’a rapidement répondu oui. Après avoir travaillé plusieurs années au sein d’entreprises de cosmétiques, il souhaite mettre en adéquation sa carrière professionnelle avec ses convictions: « suite à un atelier de formation avec Ticket for change, j’ai voulu me mettre en déséquilibre, faire un pas en avant ».

En 2015, il lance Oé avec François-Xavier, son associé, une marque de vins bio, zéro pesticide et vegan. Cette belle aventure est portée par des relations privilégiées et un travail main dans la main avec les vignerons partenaires.

Le partenariat avec Oé ne s’arrête pas à une relation acheteur/vendeur, il y a des échanges sincères et constructifs

Franck, vigneron à Pujols

La rencontre entre Thomas et Franck se déroule à Marseille au salon Millésime bio en 2014. « Je m’en souviens comme si c’était hier » confie Franck. Deux parcours différents mais une vision commune pour guider cette collaboration: promouvoir une agriculture durable et une manière de consommer bienveillante. « Le partenariat avec Oé ne s’arrête pas à une relation acheteur/vendeur, il y a des échanges sincères et constructifs. » Franck cite comme exemple la mise en contact avec la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), des propositions d’analyse des sols et des solutions pour les régénérer ou encore des échanges sur la réduction de l’usage du plastique.

Le bien par le bon

Le succès d’Oé passe aussi par des engagements environnementaux forts. Labellisée B Corp, l’entreprise a pris une série d’engagements pour une plus grande cohérence entre le contenu et le contenant: bouchons en liège naturel issu d’une forêt FSC, étiquettes en papier recyclé, emballages allégés, recyclés et recyclables.

En 2020, Oé pousse le bouchon encore plus loin et relance la consigne des bouteilles de vin:  « Sur la mise en place de la consigne, on m’a dit texto: tu fais fausse route. Mais avec la mobilisation de toute l’équipe, on a rendu l’impossible possible ! » explique Thomas. Concrètement, les bouteilles vides peuvent être ramenées chez les commerçants partenaires. Elles sont ensuite lavées et remplies à nouveau de bon vin.

Enfin, Oé consacre 1% de son chiffre d’affaires pour le Programme Oé pour la Biodiversité et soutient ainsi les actions de la LPO et de la start-up Biomede. Animée par une démarche d’amélioration continue, l’équipe Oé vise cette année l’objectif zéro déchet sur l’ensemble de la chaîne de production. « Agir pour le bien de la planète en buvant du bon vin » résume Thomas.

L’année dernière, le thermomètre est monté jusqu’à 35 degrés le 15 septembre, ce qui n’était jamais arrivé auparavant

Franck, vigneron à Pujols

Sur le terrain, Véronique et Franck constatent chaque année les effets du réchauffement climatique: « L’année dernière, le thermomètre est monté jusqu’à 35 degrés le 15 septembre, ce qui n’était jamais arrivé auparavant ». Ce phénomène n’est pas sans conséquences sur les vignes: le raisin mûri plus rapidement, les degrés alcooliques sont plus élevés et l’acidité baisse, ce qui pose un réel problème pour l’équilibre des vins. « Nous sommes en pleine réflexion sur l’adaptation des cépages » explique Franck.

Le titre de l’épisode du podcast n’a pas été choisi par hasard et démontre cette volonté commune de faire bien et bon, dans le respect de l’Homme et de la terre: « Des vins délicieux pour la planète », un épisode à consommer sans modération.

Itinéraire

Pour une escapade au cœur du vignoble bordelais, le temps d’un week-end ou plus encore, le réseau TER Nouvelle-Aquitaine offre de multiples possibilités avec des prix doux et des espaces vélos accessibles gratuitement. De notre côté, nous avons voyagé sur la ligne 33 Bordeaux | Bergerac | Sarlat, voici nos étapes:

  • Bordeaux
  • Libourne
  • Saint-Émilion
  • Castillon-la-Bataille

Liens utiles

La correspondance

Tous les mois, un contenu inédit dans votre boîte mail

Pour suivre cette aventure d'un peu plus près, inscrivez-vous et recevez chaque mois dans votre boite mail un récit de voyage, des adresses atypiques ou encore des photos exclusives.