Entre terre et rivière

La Mayenne. En prononçant le nom de ce département, on entend la rivière couler avec légèreté sur les rochers et on dessine les paysages verdoyants qui caractérisent ce territoire secret. En vélo, à pied, à cheval ou en bateau… tous les moyens sont bons pour remonter le fil de l’eau et naviguer à la découverte des richesses de la Mayenne. Immersion culturelle, chaleureuse et gourmande aux Refuges du Halage avec Laëtitia Chorin : éclusière, hôtelière et épicière. Une expérience 100% mayennaise.

Laëtitia est une enfant du pays. Habitante de Sacé, Laëtitia est née à quinze kilomètres de son village dans une maternité le long de la rivière, là où tout a (vraiment) commencé… « Mon intérêt pour la rivière la Mayenne vient très certainement de là », s’amuse-t-elle. Un amour qui ne l’aura jamais quitté puisque, quelques années d’escapades plus tard, Laëtitia revient aux sources et s’investit dans un département en plein développement. C’est en réhabilitant des maisons éclusières en gîtes insolites et chaleureux qu’elle choisit également de gérer les écluses qui en dépendent.

Une éclusière

Bien plus qu’un décor typique, les nombreuses écluses de la Mayenne sont une partie intégrante du patrimoine local. Une richesse historique à découvrir tout le long de la Vélo Francette dont le tracé emprunte le chemin de halage entièrement rénové entre terre et rivière.

En Nord-Mayenne, nous avons des écluses à peu près tous les 800 mètres

Laëtitia Chorin, gérante des Refuges du halage

« En Nord-Mayenne, nous avons des écluses à peu près tous les 800 mètres », raconte Laëtitia, qui ouvre ainsi le livre d’histoire de la Mayenne… Au XVIIIème siècle, alors que le transport fluvial est au cœur de l’activité commerciale, les éclusiers sont les protagonistes mayennais. Des femmes et des hommes qui vivaient en parfaite autonomie au sein des maisons éclusières : le jardin pour le potager et la cave pour les cochons. « Ils vivaient au rythme des bateaux, qui étaient très nombreux », ajoute-t-elle. 

La diminution du nombre de bateaux de commerce sur les rivières à la fin du XiXème siècle entraine une disparition progressive du métier d’éclusier et de ce savoir-faire ancestral. Ce savoir-faire, Laëtitia le détient et aime le transmettre notamment à ses saisonniers. Alors elle raconte. Le travail de l’éclusier est de jouer sur le dénivelé de l’eau pour permettre aux bateaux de passer des paliers, « à la manière d’un ascenseur », image-t-elle. Le bouton des étages ? Une porte avale et une porte amont, qui enferme l’eau pour ainsi choisir son niveau.

Une fois ce travail réalisé « à la force de ses bras », Laetitia peut s’investir pleinement dans sa seconde activité : l’hôtellerie.

Une hôtelière

Dans le cadre d’un appel à projet lancé par le département de la Mayenne pour réhabiliter les maisons éclusières, Laëtitia crée les Refuges du Halage, sur les bords de la rivière. Gîtes insolites, ces refuges sont l’expression même des envies de Laetita depuis toujours : « J’avais envie, depuis très longtemps, de créer une auberge de jeunesse. C’est un mode de logement dont je ne peux me passer lors de mes voyages », raconte-t-elle.

J’aime partager des moments avec les personnes qui viennent dormir au refuge

Laëtitia Chorin, gérante des Refuges du halage

Situé au 180ème kilomètre de la Vélo Francette (au départ de Ouistreham), Les Refuges du Halage accueillent à portes ouvertes les touristes du monde entier le temps d’une pause apaisante et ressourçante. C’est les pieds dans l’eau que Laëtitia a imaginé un lieu convivial pour se retrouver et se découvrir. « J’aime partager des moments avec les personnes qui viennent dormir au refuge », confie-t-elle. 

De là, chacun part à l’aventure aux grès de ses envies: vélo, randonnée pédestre ou à cheval. Tranquillité, cheveux au vent et sentiment de liberté au programme.

Une épicière

Du petit-déjeuner au dîner, en passant par l’apéritif, Laëtitia prend plaisir à sélectionner les meilleurs produits de sa terre natale pour offrir une expérience complète à ceux qui choisissent ses refuges : « le but étant que les gens aient tout ce dont ils ont besoin au même endroit », explique t-elle. 

La majeure partie de mes produits proviennent de moins de 20 kilomètres

Laëtitia Chorin, gérante des Refuges du halage

C’est ainsi que son point de ravitaillement propose uniquement des produits locaux, de qualité, sains et artisanaux. « La plus grande partie de mes produits proviennent de moins de 20 kilomètres », explique Laëtitia. Une proposition authentique et gourmande permettant de découvrir tout ce que la Mayenne a de meilleur à offrir. « La Mayenne n’est comparable à aucun autre pays, elle est unique ! », conclut Laëtitia.

L’épisode « La pause fait partie de l’aventure » part à la découverte des richesses de la Mayenne à travers le regard de Laëtitia, éclusière et hôtelière passionnée. Une rencontre au fil de l’eau.

Itinéraire

L’itinéraire de La Vélo Francette est découpée en 24 étapes. Voici les étapes pour rejoindre Sacé depuis Ouistreham, point de départ de l’itinéraire cyclable:

  • Ouistreham
  • Caen
  • Thury-Harcourt / Le Hom
  • Pont d’Ouilly
  • Flers
  • Domfront
  • Mayenne

En collaboration avec

La Vélo Francette

La Vélo Francette, itinéraire cyclable de 600 km de Ouistreham à La Rochelle, est une véloroute développée et promue par un réseau de collectivités territoriales et leurs institutions touristiques. Partant de la Manche et descendant vers l’Atlantique, découvrez les saveurs d’une douce France en traversant la Normandie, les Pays de la Loire et la Nouvelle-Aquitaine. Dénichez un insoupçonnable patrimoine architectural et tombez sous le charme des villes et villages des campagnes françaises à vélo !

https://www.lavelofrancette.com

La correspondance

Tous les mois, un contenu inédit dans votre boîte mail

Pour suivre cette aventure d'un peu plus près, inscrivez-vous et recevez chaque mois dans votre boite mail un récit de voyage, des adresses atypiques ou encore des photos exclusives.